La nouvelle chanson française

Ben Mazué

Sortant du schèma classique de la variété française, la nouvelle génération hexagonale se charge depuis quelques mois de réinventer (et de dépoussiérer) la "chanson de papa". Et il y en a pour tous les goûts : au rayon de l'électro par exemple, c'est Christine and the Queens et Yelle qui ajoutent des beats synthétiques à la langue de Molière, tandis que Mina Tindle se charge de réinventer la folk sur son nouvel album "Parades", sorti cette semaine. Côté slam, si Grand Corps Malade a lancé la tendance en France il y a maintenant près de dix ans, la relève est aujourd'hui assurée avec les dandys de Feu!Chatterton ou le délicat Ben Mazué, qui croque la vie quotidienne avec poésie sur "33 ans", son dernier opus.

Les amateurs de pop apprécieront de découvrir la modernité du groupe Monogrenade ou les expérimentations de l'ex-Nouvelle Star Camelia Jordana qui prend des risques et s'en sort haut la main sur "Dans la peau", son nouvel album produit par le très bon BabX. Mention spéciale également à la nouvelle génération rock qui se revendique largement influencé par Bashung, Louise Attaque ou Noir Désir, comme Perez, Radio Elvis ou Grand Blanc : de quoi décomplexer les plus frileux de guitares à la française.

Etrangement, la modernité défendue par cette nouvelle génération semble souvent héritée des années 80 et de ses sonorités cold-wave : des guitares, oui, mais des guitares industrielles et puissantes, additionnées d'une lourde et élégante dose de poésie et de références littéraires "à la française". En un mot, on emprunte le son aux anglais et les textes décomplexés aux français.