Un nouvel album électro-rap pour Disiz La Peste

Disiz La Peste

Après de longs mois d’une attente inépuisable, le baby de Disiz est enfin là. Et oui, après moult teaser éparpillés çà et là sur la stratosphère web, le king sonne la sonnette d’alarme. 'Pacifique' signé sous le drapeau de Polydor est désormais là et est fin prêt à être consommé au maximum. La sortie est juste idéale. Juste à l’orée de l’été, vous allez pouvoir le déguster sous les meilleurs auspices. S’il promet de mettre tout le monde d’accord, 'Pacifique' revient en force deux ans après 'Rap Machine'. Très productif, Disiz s’est écarté des médias le temps de bosser comme il faut sur cette pépite musicale.

Allier rap et musique électronique dans un album entier, l’idée aurait dû germer dans l’esprit d’un rappeur de la nouvelle génération. C’est un artiste de 39 ans qui le fait le premier.

Rien d’étonnant lorsque l’on regarde le parcours de ce rappeur qui n’a jamais rien fait comme les autres. En 2000, le jeune homme déterminé qui a grandi à Évry (Essonne) balance le morceau, devenu culte, 'J’pète les plombs'. Disiz La Peste s’ancre dans le paysage du rap français grâce à ses textes et une technique vocale au-dessus de la moyenne.

La Victoire de la musique remportée en 2006, dans la catégorie Meilleur album de rap, est la juste récompense de son talent. Sa singularité font de lui un loup solitaire sur la scène rap. Mais un loup qui veut toujours s’élever au-dessus de la meute. "J’ai toujours ce goût de la compétition en moi".

Malgré la reconnaissance de ses pairs et un accueil critique positif, Sérigne M’Baye Gueye a connu des hauts et des bas au cours de sa carrière. En 2009, il se lasse du rap. Disiz La Peste se transforme en Disiz Peter Punk. Il se laisse pousser les cheveux et sort un album rock, Dans le ventre du crocodile. "J’aime les textes et les mélodies de ce projet. Mais le concept n’a pas été forcément compris".

Le natif d’Amiens vit même une humiliation lors d’un concert en Belgique. "Le promoteur n’avait pas pris le temps d’écouter le disque pour lequel il m’avait programmé. Du coup, avec mon équipe, on a décidé de faire trente minutes de rap et trente minutes de rock pour ne pas décevoir les gens. La salle s’est vidée à 80?% lors de la deuxième partie".

Disiz l’assure. Sans cet échec, 'Pacifique' n’aurait jamais vu le jour. "Quand j’ai joué les premiers morceaux de l’album, j’appréhendais la réaction du public". Pour la deuxième fois, Disiz sautait dans le vide. Il a été rassuré. "C’est l’album le plus compliqué et le plus éprouvant que j’ai réalisé. Contrairement aux autres, je n’avais pas de concept au départ. Juste des sensations que je voulais retranscrire en musique. L’électro permet de produire des (parties) instrumentales qui collent au plus près des émotions". Le pari est réussi. Sur les vingt morceaux, Disiz et sa voix, tantôt planante tantôt poignante, nous font passer par tous les états.

En vidéo ci-dessous --> Disiz La Peste - Ça va aller