La musique française se vend bien sur la planéte

Export France
En ce début d’année, l’heure est au bilan en ce qui concerne l’exportation de musique française en dehors de nos frontières. Et si l’on en croit les chiffres, 2016 ne s’est pas trop mal portée. Avec 38 certifications contre seulement 24 en 2015 : il s’agit d’un record. Les seuils de certifications diffèrent qu’il s’agisse d’un album ou d’un single. Un titre atteint par exemple la certification diamant quand il accumule 35 millions d’écoutes. Alors que pour un album, on parlera de certification diamant, quand il se sera vendu à 500.000 exemplaires. Les ventes records d’albums, les tournées internationales sold–out, les récompenses prestigieuses, les présences dans les classements internationaux, ou encore les retombées médiatiques multiples sont autant de témoins certifiant de l’aura internationale dont peuvent bénéficier certains de nos petits frenchies. 
 
Quand on se penche sur les albums qui ont triomphé à l’étranger on retrouve sans surprise (encore et toujours), David Guetta qui rafle une certification export quadruple diamant avec Listen. Une certification diamant correspondant à 500.000 albums vendus, on comprend qu'avec plus de 2 millions d’albums écoulés David Guetta n’a pas encore finit d’explorer les sommets des charts et des podiums mondiaux.
 
Derrière Guetta, on retrouve Indila qui cartonne, comme l’année dernière, avec son premier album Mini World, sorti en 2014, et écoulé à plus de 800.000 exemplaires. Celle qui déclarait il y a encore quelques années qu’elle adorait le « fait de pouvoir partager (sa) musique » et qu’elle serait « ravie » si elle avait « l'occasion d'aller bien au-delà de notre bel Hexagone » pour faire « découvrir (sa) musique au reste du monde » a de quoi être comblée aujourd’hui. 
 
Christine and the Queens et sa Chaleur Humaine se retrouve elle aussi en bonne position avec presque 300.000 exemplaires de son album vendus à travers le monde. Avec son style androgyne, ses chorégraphies travaillées et sa pop léchée, influencée de Michael Jackson ou encore Kate Bush, Héloïse Letissier a su séduire une grande partie du globe. Vanity Fair l’a même sacré ‘’Française la plus influente’’ du monde en 2016. Ce mois-ci elle était aussi nominée aux Brit awards aux côtés de Beyoncé, Sia et Rihanna, dans la catégorie « meilleure artiste internationale ». Et même si elle n’a pas remporté le prix, être nommée dans cette catégorie est déjà une petite victoire en soi qui illustre bien son importance outre-manche.
 
Cette année, celui qui a littéralement ébranlé tous les scores se prénomme Kungs. Jeune prodige de l’électro français d’à peine 20 ans, il a réalisé une performance extraordinaire en remportant une certification export 18 fois Diamant avec son single « This Girl ». Cela correspond à plus de 600 millions d’écoutes !
 
Pour la petite histoire c’est en cherchant la traduction du mot ‘’gentleman’’ dans toutes les langues que Valentin Brunel, de son vrai nom, a trouvé son nom de scène. Vous saurez maintenant qu’en letton, ‘’gentleman’’ se dit: Kungs.
Son premier album, Layers, salué par la critique, a notamment été récompensé aux dernières Victoires de la musique du meilleur album de musiques électroniques. 
 
Parmi les 23 singles certifiés en 2016, 20 l’ont été pour la première fois. Et ces 23 singles certifiés cumulent ensemble près de 2.9 milliards de streams (hors-France !).
Dans ce classement on retrouve l’incontournable Guetta, avec deux de ses singles, Bang My Head, et This One’s For You, ou encore Imany, et son tube Don’t Be So Shy.
 
Vous pouvez retrouver grâce au Bureau Export, le classement de tous les singles certifiés ici.
 
Le dispositif d’aide du Bureau Export s’adresse aux professionnels français actifs à l’export (producteurs phonographiques, producteurs de spectacles, éditeurs, distributeurs, managers, artistes auto-entrepreneurs, agents artistiques, ensembles indépendants) souhaitant être accompagnés dans leur travail de développement à l’international.
 
Aides et services proposés : conseil personnalisé, mise en relation avec des contacts internationaux ciblés, veille de marché, participation à des rencontres professionnelles, soutien promotionnel, soutien financier, etc. Pour développer son action, Le Bureau Export s’appuie sur une équipe de 30 collaborateurs répartis dans 5 pays, un bureau basé à Paris et 4 antennes implantées à Berlin, Londres, New York et São Paulo.
En 2016, Le Bureau Export comptait plus de 300 structures professionnelles adhérentes et utilisatrices de ses services, et près de 500 projets ont pu bénéficier de son soutien (conseil, mise en relation, appui logistique, promotion et/ou soutien financier, etc.).