Francophonie

S'abonner à flux Francophonie
Google Actualités
Mis à jour : il y a 29 min 40 sec

La Francophonie remet en cause la régularité des votes à venir - VOA Afrique

il y a 3 heures 5 min

L'Organisation internationale de la francophonie a sévèrement remis en cause lundi la régularité du référendum et des législatives de dimanche en Guinée. L’OIF, qui a accompagné le processus électoral en Guinée, juge "problématiques" plus de deux millions de noms d'électeurs figurant sur les listes.

En Guinée, l'Organisation internationale de la francophonie annonce son retrait du processus électoral - RFI

il y a 8 heures 9 min

Publié le : 24/02/2020 - 13:45

Publicité

«Sur le constat de ces insuffisances qui persistent, et qui ont été particulièrement signalées à la Commission électorale lors de la récente remise du rapport de mission, il sera difficile pour l’OIF de continuer à soutenir le processus électoral en Guinée, tant qu’un consensus sur le nombre d’électeurs ne sera pas négocié par toutes les parties prenantes nationales», a déclaré l’organisation dans un communiqué publié ce lundi matin.

Elections du 1er mars : La Francophonie aussi se retire du processus électoral - guineenews

il y a 8 heures 54 min

L’organisation internationale de la francophonie (OIF), suspend à son tour sa participation au processus électoral en cours en Guinée. Dans un communiqué de presse publié sur son site officiel, l’institution invoque des « insuffisances » qui font « qu’il est difficile pour elle de continuer à soutenir le processus électoral en Guinée.

Mission d’assistance électorale de l’OIF en République de Guinée ».

Lisez !

Mission d’assistance électorale de l’OIF en République de Guinée.

Du 10 novembre 2019 au 7 février 2020, sur demande de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Louise Mushikiwabo a déployé, à Conakry, une mission d’assistance de l’OIF sur l’étape de révision exceptionnelle des listes électorales.

Cet appui de l’OIF, dirigé par son envoyé spécial, M. Thieman Coulibaly, ancien ministre malien des Affaires étrangères, de la Défense, et de l’Intérieur, a porté exclusivement sur les aspects opérationnels et informatiques, sous forme de conseils, de formation et d’appui à la réalisation des activités visant la bonne tenue des élections. Le mandat de la mission technique de l’OIF ne consistait nullement en une quelconque validation ou invalidation du fichier électoral guinéen.

Cette mission avait également pour objectif d’évaluer la mise en œuvre des recommandations de l’audit international du fichier électoral réalisé conjointement en 2018 par l’OIF, les Nations unies et l’Union européenne, à la demande des partenaires guinéens.

Il est important de rappeler que cet audit international de 2018 avait révélé que le fichier électoral de 2015 comportait 2.490.664 électeurs problématiques, qui, bien que n’étant pas repassés en 2019 devant les Commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales (CAERLE) pour confirmer leur inscription, continuent malgré tout de figurer dans la base de données actuelle. Les insuffisances constatées sur ces effectifs incluent notamment un certain nombre de cas d’électeurs décédés, non déclarés ainsi que des doublons. Au total, il s’avère que 98% de ces 2.490.664 électeurs ne disposent pas de documents permettant leur identification, bien que la loi prévoie 6 types de pièces pour justifier l’identité et l’âge de l’électeur.

Sur le constat de ces insuffisances qui persistent, et qui ont été particulièrement signalées à la Commission électorale lors de la récente remise du  rapport de mission, il sera difficile pour l’OIF de continuer à soutenir le processus électoral en Guinée, tant qu’un consensus sur le nombre d’électeurs ne sera pas négocié par toutes les parties prenantes nationales.

La Secrétaire générale de la Francophonie tient à rassurer les partenaires guinéens quant à la disponibilité de l’OIF à soutenir toute initiative qui permettrait, par la voie du consensus, de favoriser le renforcement de la démocratie et la consolidation de la paix et de la cohésion sociale en Guinée. Par ailleurs, elle condamne fermement tous les actes ayant déjà causé des morts et implore les autorités guinéennes, comme elle a eu à le faire à plusieurs reprises,  d’agir rapidement pour éviter toute perte additionnelle de vies humaines et enrayer tout risque d’escalade vers la violence.

Le Rennais Hervé Bourges, figure des médias et de la francophonie, est décédé - France 3 Régions

il y a 13 heures 12 min

Personnage inclassable aux multiples facettes, journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, et de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de 1995 à 2001.
Né le 2 mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine), il sort diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille en 1955 et commence sa carrière au journal Témoignage Chrétien qui milite contre la guerre d'Algérie.
La guerre d'Algérie en toile de fondDeux ans plus tard, il est appelé sous les drapeaux pour son service militaire en Algérie où on lui confie l'organisation du théâtre aux armées.
A son retour en France en 1960, il entre au cabinet d'Edmond Michelet, garde des Sceaux du général de Gaulle et, à ce titre, rend régulièrement visite aux chefs du Front de libération nationale (FLN) algérien emprisonnés au château de Turquant,
parmi lesquels Ahmed Ben Bella. Lorsque celui-ci, après l'indépendance, devient en 1963 le premier président de l'Algérie, il demande à Hervé Bourges de devenir son conseiller."Ni l'un, ni l'autre"Après sa chute, en 1965, Hervé Bourges choisit de rester en Algérie comme conseiller du ministre de l'Information Bachir Boumaza. Un temps arrêté et même emprisonné dans les geôles algériennes, il ne devra sa libération qu'à l'intervention conjuguée du cardinal Duval à Alger et, à Paris, du jeune Jacques Chirac, alors conseiller du Premier ministre Georges Pompidou.
Accusé tour à tour de traîtrise par les nostalgiques de l'Algérie française ou, au contraire, d'être une barbouze infiltrée par les Français, Hervé Bourges répondra bien plus tard: "Je n'étais ni l'un ni l'autre. J'étais simplement quelqu'un qui essayait de rendre service à l'Algérie et de donner une image de la France qui soit convenable".A la tête de l'Audiovisuel françaisAprès son départ mouvementé d'Algérie, il rebondit en créant l'Ecole de journalisme de Yaoundé, au Cameroun. 
En 1976, il devient directeur puis président de l'ESJ de Lille et prend successivement la direction de trois grands médias français: RFI (Radio France Internationale), TF1 (jusqu'à sa privatisation en avril 1987) puis Antenne 2 et FR3 jusqu'en septembre 1992 où les deux chaînes publiques deviennent le groupe France Télévisions.
Il ne se présentera pas à sa propre succession, faute d'un appui de la nouvelle majorité de droite en 1993.Marqué à GaucheAprès deux années passées comme ambassadeur de France auprès de l'Unesco, il est désigné en janvier 1995 président du Conseil supérieur de l'audiovisuel par le président François Mitterrand.
 Hervé Bourges, certes marqué "à gauche", entretient cependant d'excellentes relations "à droite" notamment avec Edouard Balladur qui lui propose un poste d'ambassadeur à Dakar ou Jacques Chirac qui veut faire de lui son ministre de la  Coopération. Il décline et s'occupe de la francophonie: il devient président de l'Union internationale de la presse Francophone en 2001.
Ce fin observateur du monde politico-médiatique est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés au Tiers-Monde ("Les 50 Afriques", en collaboration avec le journaliste Claude Wauthier, 1979) ou à son expérience audiovisuelle ("Une chaîne sur les bras"1987, "La Télévision du public" 1993).     D'ouvrages autobiographiques également: "De mémoire d'éléphant" sur l'Algérie et, en 2016,: "J'ai trop peu de temps à vivre pour perdre de peu; Abécédaire intime".
Il avait signé en 2012 un dernier documentaire "l'Algérie à l'épreuve du pouvoir", avec le réalisateur Jérôme Sesquin.
 

NÉCROLOGIE : Hervé Bourges, grande figure des médias et de la francophonie, est décédé - Courrier Picard

il y a 13 heures 16 min
NÉCROLOGIE

Hervé Bourges, grande figure de l’audiovisuel français et grand défenseur de la francophonie, est décédé dimanche 23 février à l’âge de 86 ans, a-t-on appris auprès de proches.

Il est décédé dans un hôpital parisien, entouré de son épouse et de proches, a indiqué à l’AFP Olivier Zegna-Rata, qui fut son directeur de cabinet au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), dont Hervé Bourges fut notamment président.

Grande figure des médias et de la francophonie, Hervé Bourges est mort - L'Obs

il y a 13 heures 16 min

Hervé Bourges, grande figure de l’audiovisuel français et fervent défenseur de la francophonie, est décédé à l’âge de 86 ans dimanche 23 février, ont fait savoir ses proches.

Il est décédé dans un hôpital parisien, entouré de son épouse et de proches, a notamment indiqué à l’AFP Olivier Zegna-Rata, qui fut son directeur de cabinet au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, et de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du CSA de 1995 à 2001. Outre ses rôles éminents dans les médias, il fut aussi un militant anti-colonialiste du temps de la guerre d’Algérie, un amoureux de l’Afrique et un fervent défenseur de la francophonie.

« Nous qui l’admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l’Etat de droit, sommes profondément peinés », a tweeté Michaelle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti (2010-2014) et secrétaire générale de la Francophonie (2014-2018).

De son côté, l’ancien patron de Radio France et de l’Institut national de l’audiovisuel Mathieu Gallet a rendu hommage sur Twitter à l’homme « exigeant et juste ».

« Hervé Bourges, c’était l’Algérie, c’était l’Afrique, c’était la francophonie, c’était le journalisme, c’était l’audiovisuel public, c’était tout l’audiovisuel. C’était une conscience. J’aimais son regard sur le monde et sur les hommes », a-t-il ajouté.

#HervéBourges La rumeur de son décès a circulé, été démentie, la voici confirmée. Nous qui l’admirions, avons fait… https://t.co/XZqkAWsYDW

—MichaelleJeanF(@Michaëlle Jean)

Hervé Bourges c’était l’Algérie, c’était l’Afrique, c’était la francophonie, c’était le journalisme, c’était l’audi… https://t.co/S80t0uGcBD

—mathieu_gallet(@Mathieu Gallet)

Né le 2 mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine, nord-ouest), Hervé Bourges fut diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955. Sa vie fut ensuite un long parcours entre médias, politique et même diplomatie, un temps ambassadeur de France auprès de l’Unesco.

Il avait signé en 2012 un dernier documentaire « l’Algérie à l’épreuve du pouvoir », avec le réalisateur Jérôme Sesquin.

Hervé Bourges, grand ami de l'Algérie et fervent défenseur de la francophonie, est décédé - FRANCE 24

il y a 13 heures 58 min

Publié le : 24/02/2020 - 07:56Modifié le : 24/02/2020 - 07:56

Hervé Bourges est décédé dimanche à l'âge de 86 ans dans un hôpital parisien. Au-delà de son rôle de premier plan dans les médias, le journaliste fut aussi un amoureux de l'Afrique, un militant anticolonialiste du temps de la guerre d'Algérie et un fervent défenseur de la francophonie.

Publicité

Lire la suite

C'était un personnage inclassable tant il a baroudé entre les médias, la politique et la diplomatie. Hervé Bourges est décédé dans un hôpital parisien dimanche 23 février à l'âge de 86 ans, entouré de ses proches, a indiqué l'AFP.

Journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, mais aussi de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du CSA de 1995 à 2001. Outre ses rôles éminents dans les médias, Hervé Bourges fut aussi un militant anticolonialiste du temps de la guerre d'Algérie, un amoureux de l'Afrique et un fervent défenseur de la francophonie.

"Nous qui l'admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l'État de droit, sommes profondément peinés", a réagi notamment sur Twitter Michaëlle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l'Unesco pour Haïti (2010-2014) et secrétaire générale de la Francophonie (2014-2018).

De son côté, l'ancien patron de Radio France et de l'Institut national de l'audiovisuel Mathieu Gallet a rendu hommage sur Twitter à l'homme "exigeant et juste". "Hervé Bourges, c'était l'Algérie, c'était l'Afrique, c'était la francophonie, c'était le journalisme, c'était l'audiovisuel public, c'était tout l'audiovisuel. C'était une conscience. J'aimais son regard sur le monde et sur les hommes", a-t-il ajouté.

Hervé Bourges c’était l’Algérie, c’était l’Afrique, c’était la francophonie, c’était le journalisme, c’était l’audiovisuel public, c’était tout l’audiovisuel. C’était une conscience. J’aimais son regard sur le monde et sur les hommes. Exigeant et juste. https://t.co/MgpiPzIidA

— Mathieu Gallet (@mathieu_gallet) February 24, 2020

Né le 2 mai 1933 à Rennes, il sort diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955 et commence sa carrière au journal Témoignage Chrétien, qui milite contre la guerre d'Algérie. Deux ans plus tard, il est appelé sous les drapeaux pour son service militaire en Algérie, où on lui confie l'organisation du théâtre aux armées.

À son retour en France en 1960, il entre au cabinet d'Edmond Michelet, garde des Sceaux du général de Gaulle et, à ce titre, rend régulièrement visite aux chefs du Front de libération nationale (FLN) algérien emprisonnés au château de Turquant, parmi lesquels Ahmed Ben Bella. Lorsque celui-ci, après l'indépendance, devient en 1963 le premier président de l'Algérie, il demande à Hervé Bourges de devenir son conseiller.

"Donner une image à la France qui soit convenable"

Après sa chute, en 1965, Hervé Bourges choisit de rester en Algérie comme conseiller du ministre de l'Information, Bachir Boumaza. Un temps arrêté et même emprisonné dans les geôles algériennes, il ne devra sa libération qu'à l'intervention conjuguée du cardinal Duval à Alger et, à Paris, du jeune Jacques Chirac, alors conseiller du Premier ministre Georges Pompidou.

Accusé tour à tour de traîtrise par les nostalgiques de l'Algérie française ou, au contraire, d'être une barbouze infiltrée par les Français, Hervé Bourges répondra bien plus tard : "Je n'étais ni l'un ni l'autre. J'étais simplement quelqu'un qui essayait de rendre service à l'Algérie et de donner une image de la France qui soit convenable".

Après son départ mouvementé d'Algérie, il rebondit en créant l'École de journalisme de Yaoundé, au Cameroun.

En 1976, il devient directeur puis président de l'ESJ Lille et prend successivement la direction de trois grands médias français : RFI (Radio France Internationale), TF1 (jusqu'à sa privatisation en avril 1987) puis Antenne 2 et FR3 jusqu'en septembre 1992 où les deux chaînes publiques deviennent le groupe France Télévisions. Il ne se présentera pas à sa propre succession, faute d'un appui de la nouvelle majorité de droite en 1993.

Ambassadeur de la Francophonie

Après deux années passées comme ambassadeur de France auprès de l'Unesco, il est désigné en janvier 1995 président du Conseil supérieur de l'audiovisuel par le président François Mitterrand.

Hervé Bourges, certes marqué "à gauche", entretient cependant d'excellentes relations "à droite", notamment avec Édouard Balladur qui lui propose un poste d'ambassadeur à Dakar ou Jacques Chirac qui veut faire de lui son ministre de la Coopération.

Il décline et s'occupe de la francophonie : il devient président de l'Union internationale de la presse francophone en 2001.

Ce fin observateur du monde politico-médiatique est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés au tiers-monde ("Les 50 Afriques", en collaboration avec le journaliste Claude Wauthier, 1979) ou à son expérience audiovisuelle ("Une chaîne sur les bras" 1987, "La Télévision du public" 1993).

D'ouvrages autobiographiques également : "De mémoire d'éléphant" sur l'Algérie et, en 2016, "J'ai trop peu de temps à vivre pour perdre de peu ; Abécédaire intime". Il avait signé en 2012 un dernier documentaire "l'Algérie à l'épreuve du pouvoir", avec le réalisateur Jérôme Sesquin.

Avec AFP

Décès de l'ancien président du CSA, Hervé Bourges - Les Échos

il y a 13 heures 59 min

Publié le 24 févr. 2020 à 7h55

Hervé Bourges, grande figure de l'audiovisuel français et fervent défenseur de la francophonie, est décédé ce dimanche à l'âge de 86 ans. Il est mort dans un hôpital parisien, entouré de son épouse et de proches, a notamment indiqué à l'AFP Olivier Zegna-Rata, qui fut son directeur de cabinet au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3 , et de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du CSA de 1995 à 2001. Outre ses rôles éminents dans les médias, Hervé Bourges fut aussi un militant anti-colonialiste du temps de la guerre d'Algérie , un amoureux de l'Afrique et un fervent défenseur de la francophonie.

« C'était la francophonie »

« Nous qui l'admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l'Etat de droit, sommes profondément peinés », a tweeté Michaelle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l'Unesco pour Haïti (2010-2014) et secrétaire générale de la Francophonie (2014-2018).

De son côté, l'ancien patron de Radio France et de l'Institut national de l'audiovisuel Mathieu Gallet a rendu hommage sur Twitter à l'homme « exigeant et juste ».

Hervé Bourges c'était l'Algérie, c'était l'Afrique, c'était la francophonie, c'était le journalisme, c'était l'audiovisuel public, c'était tout l'audiovisuel. C'était une conscience. J'aimais son regard sur le monde et sur les hommes. Exigeant et juste. https://t.co/MgpiPzIidA

— Mathieu Gallet (@mathieu_gallet) February 24, 2020

« Hervé Bourges, c'était l'Algérie, c'était l'Afrique, c'était la francophonie, c'était le journalisme, c'était l'audiovisuel public, c'était tout l'audiovisuel. C'était une conscience. J'aimais son regard sur le monde et sur les hommes », a-t-il ajouté.

Né le 2 mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine, nord-ouest), Hervé Bourges fut diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955. Sa vie fut ensuite un long parcours entre médias, politique et même diplomatie, un temps ambassadeur de France auprès de l'Unesco.

Il avait signé en 2012 un dernier documentaire « l'Algérie à l'épreuve du pouvoir », avec le réalisateur Jérôme Sesquin.

Hervé Bourges, figure des médias et de la francophonie, est mort à 86 ans - RTL.fr

il y a 14 heures 4 min

Il s'est éteint à l'âge de 86 ans. Hervé Bourges, ancien patron du CSA, l'autorité chargée de réguler l'audiovisuel français, est décédé, dimanche 23 février, dans un hôpital de Paris. 

Le journaliste et homme de télévision a présidé TF1, France 2, France 3 ainsi que de la radio RFI avant de prendre la tête du CSA. Dans un portrait qui lui est consacré et qui pointe son indépendance, Le Monde titre "Le CSA, c'est moi" tant sa présidence peut s'assimiler à un règne.

Au-delà du journalisme, l'homme, qui fut un fidèle de François Mitterrand puis de Jacques Chirac, s'est fait connaître par ses positions anti-colonialistes du temps de la guerre d'Algérie. C'était aussi un amoureux de l'Afrique et de la francophonie. En 2012, il a signé un dernier documentaire L'Algérie à l'épreuve du pouvoir avec le réalisateur Jérôme Sesquin.

"Nous qui l'admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l'État de droit, sommes profondément peinés", a réagi Michaëlle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l'Unesco pour Haïti entre 2010 et 2014 puis secrétaire générale de la francophonie. 

Né en mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine), Hervé Bourges était diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille. Sa vie a ensuite été un long parcours entre les médias, la politique et même la diplomatie puisqu'il a été un temps ambassadeur de France auprès de l'Unesco. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite

Décès à 86 ans d'Hervé Bourges, grande figure des médias et de la francophonie - L'Express

il y a 17 heures 13 min
Paris - Hervé Bourges, grande figure de l'audiovisuel français et fervent défenseur de la francophonie, est décédé dimanche à l'âge de 86 ans, a-t-on appris auprès de proches.

Il est décédé dans un hôpital parisien, entouré de son épouse et de proches, a notamment indiqué à l'AFP Olivier Zegna-Rata, qui fut son directeur de cabinet au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). 

Journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, et de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du CSA de 1995 à 2001. 

Outre ses rôles éminents dans les médias, Hervé Bourges fut aussi un militant anti-colonialiste du temps de la guerre d'Algérie, un amoureux de l'Afrique et un fervent défenseur de la francophonie. 

"Nous qui l'admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l'Etat de droit, sommes profondément peinés", a tweeté Michaelle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l'Unesco pour Haïti (2010-2014) et secrétaire générale de la Francophonie (2014-2018). 

De son côté, l'ancien patron de Radio France et de l'Institut national de l'audiovisuel Mathieu Gallet a rendu hommage sur Twitter à l'homme "exigeant et juste". 

"Hervé Bourges, c'était l'Algérie, c'était l'Afrique, c'était la francophonie, c'était le journalisme, c'était l'audiovisuel public, c'était tout l'audiovisuel. C'était une conscience. J'aimais son regard sur le monde et sur les hommes", a-t-il ajouté. 

Né le 2 mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine, nord-ouest), Hervé Bourges fut diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955. Sa vie fut ensuite un long parcours entre médias, politique et même diplomatie, un temps ambassadeur de France auprès de l'Unesco. 

Il avait signé en 2012 un dernier documentaire "l'Algérie à l'épreuve du pouvoir", avec le réalisateur Jérôme Sesquin. 

L'Association francophone de Campbell River mène une consultation pour son nouveau nom - ICI.Radio-Canada.ca

il y a 19 heures 38 min
Colombie-Britannique–Yukon | Politique | Associations francophones | Colombie-Britannique–Yukon | Intérêt local" data-chrome-extension-exception="chromeExtensionDocumentSimpleContent" xmlns:xlink="http://www.w3.org/1999/xlink">
La devanture des bureaux de l'Association francophone de Campbell River

L'Association francophone de Campbell River étend sa zone de couverture jusqu'à la vallée de Comox.

Photo : Association francophone de Campbell River

Marc-Antoine Bélanger
Publié à 1 h 16

L'Association francophone de Campbell River a lancé une consultation pour connaître l’avis des Franco-Colombiens sur son changement de nom.

« Il y avait des gens de la vallée de Comox qui m'appelaient et qui venaient à nos activités [à Campbell River]. On s'est rendu compte qu'on devait juste [leur] tendre la main et demander du financement à notre principal bailleur de fonds, Patrimoine canadien, pour offrir des services et des activités à la communauté francophone de la vallée de Comox », explique Jeanne Landry, directrice générale de l’Association francophone de Campbell River.

Selon elle, Patrimoine canadien a accepté d’accorder du financement permanent à l’organisme pour desservir les francophones de la vallée de Comox, à une cinquantaine kilomètres de Campbell River.

L'Association veut donc changer de nom pour les représenter.

Des francophones de partout en Colombie-Britannique ont aidé l’organisme à réduire la liste de suggestions de 14 à 5. Les cinq noms en lice sont sujets à un vote final en ligne jusqu’au 29 février.

« Les gens de l'extérieur ont peut-être un regard différent. Alors on [leur] a demandé de nous aider à identifier cinq noms possibles », dit Mme Landry.

Les francophones de la vallée de Comox et de Campbell River ont jusqu'à samedi pour voter pour leurs noms préférés. Ils peuvent le faire par l'entremise de l'infolettre et du site web de l'association.

Les élèves de l'École Mer-et-Montagne à Campbell River et Au-coeur-de-l'île à Comox seront ensuite mis à contribution pour proposer des idées de logos.

Sables bitumineux : Teck Resources abandonne le projet de mine Frontier en AlbertaÉchéance de minuit pour le démantèlement du camp de TyendinagaUne passagère d'Air Canada atteinte du coronavirus a fait escale à MontréalUn couple canadien atteint du COVID-19 demande à être rapatrié le plus vite possibleJean-François Roberge présente ses excuses au professeur WeinstockAlberta | Économie | Énergie, Industrie pétrolière | Alberta | Sables bitumineux : Teck Resources abandonne le projet de mine Frontier en Alberta">Sables bitumineux : Teck Resources abandonne le projet de mine Frontier en Alberta
Colombie-Britannique–Yukon | Politique | Associations francophones | Colombie-Britannique–Yukon | Intérêt local | L’Association francophone de Campbell River mène une consultation pour son nouveau nom">L’Association francophone de Campbell River mène une consultation pour son nouveau nom
Info National | Santé | Santé publique | Colombie-Britannique–Yukon | Une passagère d'Air Canada atteinte du coronavirus a fait escale à Montréal">Une passagère d'Air Canada atteinte du coronavirus a fait escale à Montréal
À Griottes Polyglottes, on améliore son français par le théâtre
Colombie-Britannique–Yukon | Justice et faits divers | Éducation | Colombie-Britannique–Yukon | Intérêt local | Scandale des admissions dans les universités américaines : une Canadienne plaide coupable">Scandale des admissions dans les universités américaines : une Canadienne plaide coupable
Grand Nord | Économie | Tourisme, Cinéma | Grand Nord | Intérêt local | L’Appel de la forêt met le Yukon sous les projecteurs">L’Appel de la forêt met le Yukon sous les projecteurs
Première - Toronto | Société | Francophonie, Associations francophones | Toronto | Le centre de services francophones à Pearson a accueilli 2 151 francophones en dix mois">Le centre de services francophones à Pearson a accueilli 2 151 francophones en dix mois
Première - Toronto | Arts | Éducation, Jeunesse, Associations francophones | Toronto | L'impact des grèves en éducation sur le volet jeunesse du Cinéfranco">L'impact des grèves en éducation sur le volet jeunesse du Cinéfranco
Première - Toronto | Société | Francophonie, Associations francophones | Toronto | Rencontre avec Naoual Oualieddine de l'ACFO Hamilton.">Rencontre avec Naoual Oualieddine de l'ACFO Hamilton.
Une association veut élargir le rayonnement francophone
Première - Toronto | Société | Francophonie, Associations francophones, Multiculturalisme | Toronto | La COCOWE, un point de rassemblement pour les Congolais de Windsor-Essex">La COCOWE, un point de rassemblement pour les Congolais de Windsor-Essex
Première - Toronto | Société | Francophonie, Associations francophones | Toronto | Naoual Oualieddine partage sa vision pour l'ACFO régionale Hamilton">Naoual Oualieddine partage sa vision pour l'ACFO régionale Hamilton

Hervé Bourges, grande figure des médias et de la francophonie - TV5MONDE Info

il y a 19 heures 54 min

Grande figure de l'audiovisuel français pendant plus de quarante ans, Hervé Bourges, décédé dimanche à l'âge de 86 ans, fut aussi un militant anti-colonialiste du temps de la guerre d'Algérie, un amoureux de l'Afrique et un fervent défenseur de la francophonie.

Personnage inclassable aux multiples facettes, journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, et de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de 1995 à 2001.

Né le 2 mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine, nord-ouest), il sort diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955 et commence sa carrière au journal Témoignage Chrétien qui milite contre la guerre d'Algérie.

Deux ans plus tard, il est appelé sous les drapeaux pour son service militaire en Algérie où on lui confie l'organisation du théâtre aux armées.

A son retour en France en 1960, il entre au cabinet d'Edmond Michelet, garde des Sceaux du général de Gaulle et, à ce titre, rend régulièrement visite aux chefs du Front de libération nationale (FLN) algérien emprisonnés au château de Turquant, parmi lesquels Ahmed Ben Bella.

Lorsque celui-ci, après l'indépendance, devient en 1963 le premier président de l'Algérie, il demande à Hervé Bourges de devenir son conseiller.

- "Ni l'un ni l'autre" -

Après sa chute, en 1965, Hervé Bourges choisit de rester en Algérie comme conseiller du ministre de l'Information Bachir Boumaza. Un temps arrêté et même emprisonné dans les geôles algériennes, il ne devra sa libération qu'à l'intervention conjuguée du cardinal Duval à Alger et, à Paris, du jeune Jacques Chirac, alors conseiller du Premier ministre Georges Pompidou.

Accusé tour à tour de traîtrise par les nostalgiques de l'Algérie française ou, au contraire, d'être une barbouze infiltrée par les Français, Hervé Bourges répondra bien plus tard: "Je n'étais ni l'un ni l'autre. J'étais simplement quelqu'un qui essayait de rendre service à l'Algérie et de donner une image de la France qui soit convenable".

Après son départ mouvementé d'Algérie, il rebondit en créant l'Ecole de journalisme de Yaoundé, au Cameroun.

En 1976, il devient directeur puis président de l'ESJ de Lille et prend successivement la direction de trois grands médias français: RFI (Radio France Internationale), TF1 (jusqu'à sa privatisation en avril 1987) puis Antenne 2 et FR3 jusqu'en septembre 1992 où les deux chaînes publiques deviennent le groupe France Télévisions.

Il ne se présentera pas à sa propre succession, faute d'un appui de la nouvelle majorité de droite en 1993.

Après deux années passées comme ambassadeur de France auprès de l'Unesco, il est désigné en janvier 1995 président du Conseil supérieur de l'audiovisuel par le président François Mitterrand.

Hervé Bourges, certes marqué "à gauche", entretient cependant d'excellentes relations "à droite" notamment avec Edouard Balladur qui lui propose un poste d'ambassadeur à Dakar ou Jacques Chirac qui veut faire de lui son ministre de la Coopération.

Il décline et s'occupe de la francophonie: il devient président de l'Union internationale de la presse francophone en 2001.

Ce fin observateur du monde politico-médiatique est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés au Tiers-Monde ("Les 50 Afriques", en collaboration avec le journaliste Claude Wauthier, 1979) ou à son expérience audiovisuelle ("Une chaîne sur les bras" 1987, "La Télévision du public" 1993).

D'ouvrages autobiographiques également: "De mémoire d'éléphant" sur l'Algérie et, en 2016,: "J'ai trop peu de temps à vivre pour perdre de peu; Abécédaire intime".

Il avait signé en 2012 un dernier documentaire "l'Algérie à l'épreuve du pouvoir", avec le réalisateur Jérôme Sesquin.

ONU : le Représentant permanent de la Côte d'Ivoire, Léon Kacou ADOM, entretient les étudiants de Princeton University sur le rôle de la Francophonie sur la scène internationale - Abidjan.net

il y a 20 heures 4 min
En partenariat avec la Représentation Permanente de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) auprès des Nations Unies, et dans le cadre du lancement du festival célébrant la diversité du monde francophone, l’Université de Princeton, (New Jersey, USA) a organisé, le mardi 18 février 2020, un panel de discussion sur la diplomatie francophone.

Organisé à l’intention des étudiants en Licence et également ouvert au public, ce panel s’est déroulé au sein même de cette prestigieuse Université et a porté sur le thème : ‘’Le rôle de la Francophonie sur la scène internationale : regards croisés de l’OIF et d’Etats membres’’. L’objectif principal de ce panel était, en autre, d’éclairer les étudiants de Princeton sur les actions menées par la francophonie, en vue de contribuer à la recherche de solutions aux nombreux défis auxquels le monde est confronté, mais également de permettre aux étudiants de s’enrichir de la grande expérience de leurs hôtes du jour.

Notons que le choix des organisateurs et des étudiants s’est porté sur l’Ambassadeur ADOM, non seulement parce qu’il assure la Présidence du Groupe des Ambassadeurs Francophones aux Nations Unies, mais surtout pour sa longue et riche carrière diplomatique, ainsi que sa grande connaissance des questions internationales.

Il était accompagné à cette rencontre d’échanges, par l’ambassadeur Issa KOUNFOUROU, Représentant Permanent du Mali auprès des Nations Unies, Mme Patricia Herdt, Chargée d’Affaires a.i., Représentante Permanente Adjointe de l’OIF auprès des Nations Unies et Mme Corina Lefter, Conseillère à la Mission Permanente de la Roumanie auprès des Nations Unies.

Dans les propos introductifs, Mesdames Christine Sagnier et Trévise, respectivement Directrice du Département de Français de l’Université de Princeton et Professeur audit Département, les initiatrices et modératrices de ce panel ont situé le cadre de cette rencontre, en précisant qu’elle est la première d’une série d’activités visant à promouvoir la langue française dans les milieux estudiantins de l’Université de Princeton, la 4ème plus ancienne des Etats Unis, et qui rivalise avec Harvard et Yale.

S’adressant aux participants, l’Ambassadeur ADOM s’est réjoui de l’opportunité qui lui a été offerte d’échanger avec les étudiants de cette prestigieuse Université sur un thème qui revêt une très grande importance pour la communauté francophone. Il a ensuite fait un exposé sur l’engagement et le rôle essentiel que joue la Francophonie au sein de l’Organisation des Nations Unies, citant notamment sa contribution aux opérations de maintien de la paix et à la mise en œuvre des objectifs du développement durable.

Il a souligné que les actions menées par le Groupe des Ambassadeurs francophones aux Nations Unies entre en résonnance avec les objectifs de l’OIF et la promotion de la paix, du dialogue, d’amitié et de la coopération entre les peuples lies par leur appartenance de l’espace francophone.

« C’est cet attachement aux valeurs de paix et fraternité, ainsi qu’à la résolution des différends par le dialogue, qui fondent l’engagement de mon pays sur la scène internationale, l’ont guidé depuis les premières années de sa carrière de Diplomate », a-t-il indiqué.

L’Ambassadeur ADOM a ensuite égrené les faits marquants de ses 40 ans d’expérience diplomatique et les riches enseignements qu’il en a tiré, tant au plan professionnel qu’humain. Sens élevé du devoir, ardeur au travail et humilité sont, entre autres, les valeurs auxquelles il a souhaité que les étudiants de Princeton s’attachent, en dépit des écueils de la vie, avant de se prêter à leurs questions.

Au terme de ce panel, l’Ambassadeur ADOM et son homologue du Mali, ont tenu à remercier l’OIF ainsi que l’Université de Princeton pour l’organisation de cette rencontre d’échanges, tout en les encourageant à œuvrer, chacun a son humble niveau, a la construction de la paix et de la fraternité dans le monde.

Il a poursuivi les échanges avec les étudiants lors de la réception marquant la fin de cette rencontre, qu’ils ont tous jugé très enrichissante.

Notons que la Francophonie regroupe 88 Etats membres et célèbre cette année son 50ème anniversaire. En sa qualité de Président du Groupe des Ambassadeurs Francophones aux Nations Unies, l’Ambassadeur Léon ADOM organisera une série d’activités, dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’actions qu’il présentera à ses pairs le 27 février 2020.

A.N

Décès à 86 ans d'Hervé Bourges, grande figure des médias et de la francophonie - Mediapart

il y a 20 heures 37 min

En poursuivant votre navigation sur Mediapart, vous acceptez l’utilisation de cookies contribuant à la réalisation de statistiques et la proposition de contenus et services ciblés sur d'autres sites.

J'accepte Je paramètre mes choix

Les missions d'observation de la Francophonie et de l'Institut Panafricain d'Assistance Electorale ont eu une séance de travail avec la HAAC - togopresse.tg

dim, 02/23/2020 - 15:26
photo de famille des missions avec la vHAAC
Les missions d’observation de la Francophonie et de l’Institut Panafricain d’Assistance Electorale ont eu une séance de travail avec la HAAC

Le 1er tour de l’élection présidentielle de 2020 a eu lieu, samedi 22 février, au Togo. Pour superviser le bon déroulement de ce scrutin, plusieurs missions d’observation, tant nationales qu’internationales étaient sur le terrain. Mais auparavant, deux d’entre elles, notamment celles de la Francophonie et de l’Institut Panafricain d’Assistance Electorale (IPAE) conduites par leurs présidents, respectivement MM. Barnabé Kikaya Bin Karubi et Emmanuel Nadingar, ont eu une séance de travail, vendredi, avec la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), au siège de l’institution à Lomé.
Il était question pour les deux missions de s’enquérir des dispositions prises par la HAAC pour un accès équitable des candidats aux médias, avant, pendant et après l’élection.
A cette occasion, le président de la HAAC, M. Pitalounani Télou et les autres membres ont exposé aux visiteurs toutes les orientations définies pour assurer un équilibre dans le traitement des informations sur les chaines de télévision et de radios nationales, ainsi que dans les colonnes du Grand quotidien Togo-Presse. Des consignes ont également été données aux médias privés pour un meilleur respect de la déontologie et de l’éthique en cette période sensible.
La rencontre a permis également d’éclairer les observateurs sur le déploiement du personnel de la HAAC sur l’ensemble du territoire pour veiller au respect des dispositions. Pour le jour du scrutin, la HAAC a indiqué avoir mis à la disposition des organes de presse des badges, pour assurer la couverture médiatique et des accréditations pour les médias étrangers.
A l’issue de la rencontre, les deux chefs de mission ont exprimé leur satisfecit, quant aux dispositions prises par la HAAC, surtout en ce qui concerne les innovations.

Mélissa BATABA

Les missions d'observation de la Francophonie et de l'Institut Panafricain d'Assistance Electorale ont eu une séance de travail avec la HAAC - togopresse.tg

dim, 02/23/2020 - 15:26
photo de famille des missions avec la vHAAC
Les missions d’observation de la Francophonie et de l’Institut Panafricain d’Assistance Electorale ont eu une séance de travail avec la HAAC

Le 1er tour de l’élection présidentielle de 2020 a eu lieu, samedi 22 février, au Togo. Pour superviser le bon déroulement de ce scrutin, plusieurs missions d’observation, tant nationales qu’internationales étaient sur le terrain. Mais auparavant, deux d’entre elles, notamment celles de la Francophonie et de l’Institut Panafricain d’Assistance Electorale (IPAE) conduites par leurs présidents, respectivement MM. Barnabé Kikaya Bin Karubi et Emmanuel Nadingar, ont eu une séance de travail, vendredi, avec la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), au siège de l’institution à Lomé.
Il était question pour les deux missions de s’enquérir des dispositions prises par la HAAC pour un accès équitable des candidats aux médias, avant, pendant et après l’élection.
A cette occasion, le président de la HAAC, M. Pitalounani Télou et les autres membres ont exposé aux visiteurs toutes les orientations définies pour assurer un équilibre dans le traitement des informations sur les chaines de télévision et de radios nationales, ainsi que dans les colonnes du Grand quotidien Togo-Presse. Des consignes ont également été données aux médias privés pour un meilleur respect de la déontologie et de l’éthique en cette période sensible.
La rencontre a permis également d’éclairer les observateurs sur le déploiement du personnel de la HAAC sur l’ensemble du territoire pour veiller au respect des dispositions. Pour le jour du scrutin, la HAAC a indiqué avoir mis à la disposition des organes de presse des badges, pour assurer la couverture médiatique et des accréditations pour les médias étrangers.
A l’issue de la rencontre, les deux chefs de mission ont exprimé leur satisfecit, quant aux dispositions prises par la HAAC, surtout en ce qui concerne les innovations.

Mélissa BATABA

Le mois de mars, mois de la Francophonie à Bangkok - Info Thaïlande

dim, 02/23/2020 - 15:03

Épaulée par les ambassades partenaires (France, Belgique, Suisse, Mexique, Roumanie, Canada, Pologne, Maroc et Cambodge), l’Ambassade du Luxembourg a prévu une série d’événements ouverts au public du 27 février jusqu’au 27 mars pour célébrer la culture francophone en Thaïlande.

Pas de thème spécifique sinon une volonté affichée de partager la richesse d’une langue et d’une culture exportée à l’international. 

“La Francophonie, ce sont des hommes et femmes partageant la même langue, ainsi que la culture et les valeurs que cette langue véhicule”

Jean-Paul Senninger , Ambassadeur du Grand-Duché du Luxembourg à Bangkok  La Francophonie en Asie du Sud-Est 

Rattaché par son histoire avec le Laos, le Cambodge et le Vietnam, le Français entretient une relation singulière avec l’Asie du Sud Est. La langue française représente à ce jour un pont de communication favorisé entre les pays asiatiques et l’Europe. 

Ensemble d’institutions vouées à promouvoir la langue française à travers le monde, la Francophonie repose essentiellement sur l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Cet organisme réunit à ce jour 88 États et gouvernements, hébergeant au total près de 274 millions de francophones en 2018. De son côté, la Thaïlande a intégré l’OIF en tant que membre observateur en 2008. 

“En plus de la promotion de la langue française, la Francophonie a pour mission de promouvoir des valeurs communes comme le respect de la paix, et des droits de l’Homme à travers le monde, et d’assurer un développement économique basé sur le développement durable”

Jean-Paul Senninger, Ambassadeur du Grand-Duché du Luxembourg à Bangkok

Juste derrière l’anglais, le français s’est imposé comme idiome de la culture et de la diplomatie en Asie du Sud-Est. Il est enseigné dans 245 écoles secondaire et 30 universités en Thaïlande. 

Il sert également dans le monde de la recherche, notamment au Cambodge où la plupart des archives internationales sont en français. 

Si l’anglais s’est affirmée comme langage des affaires, le français reste “un outil majeur dans la société de connaissance”. 

Environ 50.000 Thaïlandais apprennent le français

Après une chute des « apprenants » de français dans le secondaire au début des années 2000, le nombre de ceux-ci est revenu récemment à environ 40 000.

Si l’on ajoute les étudiants dans les universités et les Alliances françaises, on arrive à un total d’un peu plus de 50 000.

[embedded content]
Interview du roi de Thaïlande Rama IX (décédé en 2016) en français par la radio suisse romande.Des événements ouverts à tous 

Si le programme officiel n’a pas encore été révélé, il est possible de se faire une idée des événements qui attendent les participants. Concerts, projections de films, expositions et débats seront au programme.

A noter que le 21 mars sera la Journée de la Francophonie à l’Alliance Française.

L’ensemble de la communauté francophone de Thaïlande y est attendue, mais également toute personne désireuse de découvrir la richesse culturelle française. 

Sensibiliser la jeunesse aux enjeux de la Francophonie 

Jean-Paul Senninger a fait savoir son souhait d’apporter une dimension éducative à ce mois de la Francophonie. Il s’agira non seulement de divertir mais également de montrer au  jeune public que la culture francophone représente un moyen de rapprocher et lier chacun. 

Les femmes à l’honneur 

    “La participation d’artistes féminines au mois de la Francophonie sonne comme une évidence”

Dans une ère où la femme parvient progressivement à imposer sa vision du monde via la culture ou la politique, l’accent sur l’égalité hommes / femmes est un point essentiel pour l’OIF. Plusieurs artistes féminines se produiront au cours du mois à l’instar de la chanteuse Luxembourgeoise Sacha Ley

LES RENDEZ-VOUS DE LA FRANCOPHONIE À MONTPELLIER 10 mars 2020 - Unidivers

sam, 02/22/2020 - 17:05
LES RENDEZ-VOUS DE LA FRANCOPHONIE À MONTPELLIER, 10 mars 2020-10 mars 2020, Montpellier,.

LES RENDEZ-VOUS DE LA FRANCOPHONIE À MONTPELLIER 2020-03-10 – 2020-03-26
Montpellier Hérault

  Ne manquez pas les Rendez-vous de la Francophonie à Montpellier du 10 au 26 mars 2020 !

Les rendez-vous de la francophonie à Montpellier » est un projet de l’Alliance Française Montpellier, l’Université Paul Valéry Montpellier 3, le Centre Culturel Universitaire et le Théâtre la Vignette de l’UPV-M3, de la librairie Le Grain des mots et de la Métropole Montpellier Méditerranée.

Au programme notamment:

►Conférence d’introduction à la BD franco-belge
*Intervenant: Flavio Paredes
mardi 10 mars 2020 de 15h30 à 17h30
Alliance Française Montpellier

►Ateliers de création de BD, avec Fabrice Erre
mercredi 11 et jeudi 12 mars 2020 de 15h30 à 17h30
Alliance Française Montpellier

►Exposition des strips
Du lundi 16 mars au vendredi 10 avril 2020 de 9h à 17h
Alliance Française Montpellier

►Atelier de création de BD, avec Fabrice Erre
mercredi 11 et jeudi 12 mars 2020 de 15h30 à 17h30
Alliance Française Montpellier

►Ateliers de lecture scénique, avec Marie Vires
mardi 17 et mercredi 18 mars 2020 de 14h à 16h
Alliance Française Montpellier

jeudi 19 mars 2020
de 17h à 18h30
Salle de répétitions du Théâtre la Vignette

►Présentation publique: Lectures d’extraits de
« Les jours viennent et passent », de Hemley Boum
jeudi 19 mars 2020 à 19h30
Théâtre la Vignette
CCU Université Paul Valéry – Montpellier3

►Atelier de lecture scénique, avec Marie Vires
mardi 17 et mercredi 18 mars 2020 de 14h à 16h
Alliance Française Montpellier

jeudi 19 mars 2020 de 17h à 18h30
Salle de répétitions du Théâtre la Vignette

Ne manquez pas les Rendez-vous de la Francophonie à Montpellier du 10 au 26 mars 2020 !

info@af-montpellier.com +33 9 81 33 01 03 http://www.alliance-francaise-montpellier.com/?lang=fr

Ne manquez pas les Rendez-vous de la Francophonie à Montpellier du 10 au 26 mars 2020 !

Ne manquez pas les Rendez-vous de la Francophonie à Montpellier du 10 au 26 mars 2020 !

Les rendez-vous de la francophonie à Montpellier » est un projet de l’Alliance Française Montpellier, l’Université Paul Valéry Montpellier 3, le Centre Culturel Universitaire et le Théâtre la Vignette de l’UPV-M3, de la librairie Le Grain des mots et de la Métropole Montpellier Méditerranée.

Au programme notamment:

►Conférence d’introduction à la BD franco-belge
*Intervenant: Flavio Paredes
mardi 10 mars 2020 de 15h30 à 17h30
Alliance Française Montpellier

►Ateliers de création de BD, avec Fabrice Erre
mercredi 11 et jeudi 12 mars 2020 de 15h30 à 17h30
Alliance Française Montpellier

►Exposition des strips
Du lundi 16 mars au vendredi 10 avril 2020 de 9h à 17h
Alliance Française Montpellier

►Atelier de création de BD, avec Fabrice Erre
mercredi 11 et jeudi 12 mars 2020 de 15h30 à 17h30
Alliance Française Montpellier

►Ateliers de lecture scénique, avec Marie Vires
mardi 17 et mercredi 18 mars 2020 de 14h à 16h
Alliance Française Montpellier

jeudi 19 mars 2020
de 17h à 18h30
Salle de répétitions du Théâtre la Vignette

►Présentation publique: Lectures d’extraits de
« Les jours viennent et passent », de Hemley Boum
jeudi 19 mars 2020 à 19h30
Théâtre la Vignette
CCU Université Paul Valéry – Montpellier3

►Atelier de lecture scénique, avec Marie Vires
mardi 17 et mercredi 18 mars 2020 de 14h à 16h
Alliance Française Montpellier

jeudi 19 mars 2020 de 17h à 18h30
Salle de répétitions du Théâtre la Vignette

L'héritage des Jeux de la francophonie | Sports - Le Droit - Groupe Capitales Médias

sam, 02/22/2020 - 01:50
Ça fera bientôt deux décennies que les Jeux de la francophonie se sont déroulés à Ottawa-Hull à l’été 2001, mais les retombées de l’événement continuent à se faire ressentir.

Parlez-en à Patrice Dagenais, co-capitaine de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant. Il s’est vu remettre d’un don de 5000 $ dans les derniers jours.

Cet argent provient du Fonds commémoratif des quatrièmes Jeux de la francophonie, dont la mission consiste à encourager le développement de la relève franco-ontarienne, à soutenir les initiatives francophones et assurer l’essor de la communauté franco-ontarienne autant dans le sport amateur, les arts et la culture. Au fil des ans, Véronic Dicaire, Yao et Mélissa Ouimet ont fait partie des récipiendaires à leurs débuts sur les planches.

« Je n’avais aucune idée au début qu’il y avait encore un Fonds qui existait », a avoué Dagenais, plus tôt cette semaine.

C’est un de ses amis qui lui a glissé un mot à ce sujet. L’athlète natif de Marionville, qui a gagné l’argent aux Jeux paralympiques en 2012, a soumis rapidement son nom.

« Nous avons reçu quelques candidatures encore cette année. Nous avons trouvé celle de Patrice intéressante, a soutenu une des membres du comité de sélection, Bernadette Sarazin.

«Il vient d’être confirmé parmi les 12 athlètes qui représenteront le Canada au tournoi de qualification paralympique. Il incarne aussi les valeurs que le Fonds essaie de promouvoir : la détermination, la motivation et l’intensité avec lesquelles il exécute son activité physique pour participer sur la scène internationale dans son sport. Il nous semblait naturel de l’encourager.»

Le Fonds commémoratif des Jeux de la francophonie, d’une valeur de 250 000 $, a été établi en 2002, un an après la visite de 3000 participants représentant 51 délégations. Il a été créé en collaboration avec la Fondation franco-ontarienne.

La même année, des dons additionnels avaient été effectués à divers groupes, dont l’Écho d’un peuple, l’Unité régionale de loisir et de sport de l’Outaouais et la Fondation pour les arts, les lettres et la culture en Outaouais.

Les Jeux se sont déroulés du 14 au 24 juillet à Ottawa ainsi qu’à Hull. Plus de 75 000 personnes ont visité les sites de compétitions pendant les 10 jours des compétitives sportives.

Le rendez-vous multisports a consacré de nombreux artistes et athlètes qui sont devenus ensuite des noms connus sur la scène internationale. Des exemples ? Fred Pellerin a remporté le bronze dans la catégorie contes et conteurs.

Dans le ring, un jeune Lucian Bute avait gagné le tournoi de boxe chez les moins de 75 kg, donnant l’or à sa Roumanie natale. Jean Pascal en avait fait de même pour le Canada chez les mi-moyens à l’aréna Robert-Guertin.

Sept différentes disciplines sportives étaient au menu, dont l’athlétisme et le soccer. Le volley-ball de plage, lui, avait été présenté en démonstration. La cérémonie d’ouverture s’était déroulée au stade Frank-Clair, qui s’appelle dorénavant la Place TD.

«Les Jeux auront eu un legs important, a rappelé Mme Sarazin. Depuis presque 20 ans, plusieurs artistes et sportifs ont pu être appuyés financièrement par le Fonds commémoratif dans leur quête de la réussite.»

Aucune plaque commémorative pour les quatrièmes Jeux de la francophonie n’existe dans la région. Une situation qui pourrait peut-être changer dans les prochains mois.

«Nous réfléchissons à possiblement souligner le 20e anniversaire en 2021», a souligné Bernadette Sarazin.

+

DISPENDIEUX, CES FAUTEUILS POUR ATHLÈTES

Ça coûte cher, pratiquer un sport paralympique. Surtout quand l’athlète doit utiliser un fauteuil roulant.

Le plus récent récipiendaire du Fonds commémoratif des quatrièmes Jeux de la francophonie en sait quelque chose. Patrice Dagenais se servira du don afin de payer son nouveau fauteuil relié à sa carrière sportive en rugby.

«Ça coûte environ 10 000 $, laisse tomber Dagenais avant de prendre une pause.

«C’est un peu exagéré, déplore ensuite l’athlète âgé de 35 ans. Chaque fauteuil est fait sur mesure. Ça prend du temps à construire. En même temps, est-ce que ça vaut ce montant? Non. Mais c’est comme tout autre équipement médical.»

Dagenais dispute sa 15e saison de rugby en fauteuil roulant. Un sport qu’il a découvert après avoir subi une blessure à la moelle épinière dans un accident de la construction. Il pratiquait auparavant le hockey.

Surnommé «Pico», le joueur franco-ontarien a participé à tous les événements majeurs avec Équipe Canada depuis 2010. La liste comprend trois championnats du monde, deux éditions des Jeux paralympiques de même que trois présences aux Jeux parapanaméricains. 

«Je suis rendu à mon septième fauteuil roulant. J’essaie de les utiliser pendant deux ou trois ans avant de changer. Je n’ai pas le choix. Le châssis devient faible, surtout si je joue souvent. J’encaisse tellement de contacts. C’est assez vicieux comme sport.»

Ça ressemble parfois aux autos tamponneuses qui se rentrent une contre l’autre dans les parcs d’attractions. Disputé à quatre contre quatre avec un ballon de volley-ball sur un terrain de basket-ball, le rugby en fauteuil roulant se veut une des épreuves les plus spectaculaires lors des Jeux paralympiques.

«J’ai quand même eu beaucoup d’aide depuis mes débuts dans ce sport. J’ai pu obtenir des subventions qui m’ont aidé à rester compétitif sur l’équipe canadienne, à obtenir des équipements de haute performance. Mais c’est un aspect moins connu de mon sport, avoue Dagenais.

«Ce n’est pas évident pour les nouveaux athlètes qui commencent. C’est un sport dispendieux. Ce don, c’est comme un cadeau du ciel.»

Dagenais revenait cette semaine de la Colombie-Britannique où il a participé à quelques réunions reliées au rugby en fauteuil roulant. Il reprendra la direction de la côte du Pacifique dans sept jours.

Le dernier tournoi de qualification paralympique aura lieu à l’ovale de Richmond, qui a servi aux épreuves de patinage de vitesse aux Jeux olympiques en 2010. L’endroit a été converti en édifice multisports dans la dernière décennie.

«Il y a six gymnases, trois terrains de volley-ball en plus d’une ou deux patinoires. C’est toujours occupé. C’est le fun de voir ça, surtout quand on sait que parfois dans certaines villes, des sites olympiques sont abandonnés après la tenue des Jeux.»

Le Canada obtiendra son billet pour les Jeux paralympiques en fauteuil roulant s’il termine parmi les deux premiers à ce tournoi de qualification. Huit pays se disputeront ces derniers laissez-passer.

Le club du vendredi : fêter la francophonie dans la LNH? - TVA Sports

sam, 02/22/2020 - 00:25

La «soirée francophone» organisée par les Penguins de Pittsburgh, il y a une semaine, alors que les Canadiens étaient en ville, a plu à beaucoup de gens.

Le rappeur et auteur «Biz» est de ceux-là.

«Ce n'est pas banal, quand même, que dans la Ligue nationale, on célèbre la langue française», a-t-il indiqué, vendredi, lors du «Club du vendredi» à l’émission «JiC».

«C'est une initiative originale et importante, qui pourrait donner des idées à d'autres équipes», a-t-il souligné.

Les Sabres, qui ont profité du talent d’un bon nombre de hockeyeurs Québécois au fil des années, pourraient-ils faire la même chose? 

Verrait-on la même initiative à Toronto? Ne charrions pas.

Il a aussi été question, au début du segment, du poids des partisans dans les décisions d’une équipe de sport professionnel. Si les inconditionnels des Canadiens n’ont plus le poids qu’ils avaient il y a quelques décennies, on voit encore plusieurs équipes de soccer impliquer leurs partisans, parfois jusque dans le choix des entraîneurs.

Enfin, Jean-Michel Dufaux y est allé d’un palmarès des statues de sportifs de légende, parlant des plus réussies... et des plus gênantes.

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus!  

Pages