Dani, mort d'une icône française

En 2018, Dani se produisait au Printemps de Bourges avec Emmanuelle Seigner et Emily Marsh. Ce concert-lecture s'articulait autour de la carrière artistique de la première. Sur la petite scène du Palais Jacques-Cœur, l'esprit rock soufflait avec force. La voix éraillée de Dani et les riffs d'Emily Marsh s'alliaient à merveille et donnaient à entendre une œuvre résolument moderne peu encline à regarder vers le passé.

Et pourtant, quel passé ! Dani est née Danièle Graule à Perpignan en 1944. Jeune femme d'à peine 20 ans, éprise de nouveautés et de liberté, elle est comme beaucoup, attirée par la Ville lumière. Elle "monte" donc à Paris et débute comme mannequin. Elle pose pour de grands photographes comme Helmut Newton ou Richard Avedon. Elle séduit le Tout-Paris grâce à sa beauté et son élégance. 1966 est la date de son premier 45 tours mais c'est avec Papa vient d'épouser la bonne (!) qui se vend à plus d'un million d'exemplaires, qu'elle connaît le succès en 1969.

Au mitan des années 60, elle connaît aussi ses premiers rôles au cinéma, notamment dans La ronde de Roger Vadim. Plus tard, elle tournera avec François Truffaut, Raymond Depardon, Claude Chabrol ou Claire Denis.

Il faut attendre les années 70, pour que Dani enregistre des albums : La petite qui revient de loin (1970) pour lequel elle obtient le Grand Prix de l'académie Charles-Cros, et Les Migrateurs (1977). En 1974, elle est censée représenter la France au concours de l'Eurovision avec le titre La vie à vingt-cinq ans. Malheureusement, le président Georges Pompidou décède à ce moment-là et la télévision française retire la candidate du concours.

Sa fréquentation du milieu de la nuit parisienne—elle y ouvrira même une boîte de nuit, L'Aventure —, la mènera vers une addiction à la drogue (sur laquelle elle écrira un témoignage Drogue, la galère). Dans les années 80, elle se retire de la vie publique, pour mieux se réinventer grâce à sa passion pour les … fleurs ! En effet, elle reprend les rênes de sa vie et ouvre un magasin Au nom de la rose, dans la capitale.

C'est en 2001 qu'elle revient véritablement à la musique grâce à Étienne Daho, fan de la première heure, qui produit et chante en duo avec elle une chanson que Serge Gainsbourg avait écrite pour elle en 1975 : Comme un boomerang. Ce joli succès permet à Dani de reprendre sa carrière de chanteuse.

Plusieurs albums suivront ainsi qu'une autobiographie parue en 2016, La nuit ne dure pas. Cette même autobiographie qu'Emmanuelle Seigner lira par bribe lors de ce concert intime au Printemps de Bourges.