Dick Rivers, le rock à la française

Dick Rivers

Hervé Forneri naît artistiquement le 24 avril 1961, alors qu’il n’a que 16 ans, au moment de la sortie de son premier 45 tours avec les Chats Sauvages. Il se choisit un nom à consonance anglo-saxonne tiré d’un film avec Elvis Presley, Loving you. Ce sera Dick Rivers. Avec les membres de son groupe, ils sont alors les rivaux des Chaussettes noires, la formation d’Eddy Mitchell. Même inspiration, même envie de faire découvrir aux Français ce phénomène musical qu’est le rock’n’roll. Dégaine travaillée, cuir noir, banane, santiags et mine patibulaire, Dick Rivers va très rapidement entamer une carrière solo.

En mars 1964, il sort Dick. Rien que toi, le morceau phare de l’album est un succès. Il surfe sur la vague Salut les Copains et accompagne la déferlante de sonorités et rythmes venus d’outre-Atlantique en adaptant en français des standards des Beatles, des Moody Blues ou de Roy Or­bi­son. Il part au Canada où il entame une tournée couronnée de succès, une histoire d’amour qui perdura tout au long de sa carrière.

Les années 70 sont plus compliquées pour Dick Rivers qui assiste à la fin de la séquence yéyé. Il se met néanmoins à travailler avec Alain Bashung et enchaîne quelques succès : Marilou, Rock'n'roll Star et surtout Maman n'aime pas ma musique. Passionné par l’histoire du rock, il collabore avec la radio RMC dès janvier 83 et anime une émission de radio. Il pu­blie également ses sou­ve­nirs de rocker dans Ham­bur­ger, pan-ba­gnat, ro­ck'n'­roll. Il collabore aussi avec le Golden Gate Quartet sur un album concept intitulé Linda Lu Baker et s’essaie bientôt à l’écriture de romans.

Tout au long de sa carrière, Dick Rivers assume la fonction d’interprète. Avec une voix chaleureuse, il s’approprie les musiques et les mots des autres. Et si la première partie de sa carrière est fortement marquée par son amour de l’Amérique, la deuxième partie affiche son attachement à la chanson française. Dans les années 90, il collabore avec Francis Cabrel, André Manoukian, ou encore Philippe Labro. Plus tard, dans les années 2000, il fait appel à Mickey 3D, -M-, Benjamin Biolay, Mathieu Boggaerts ou Axel Bauer. Sur l’album, Mister D, sorti en octobre 2011, il chante les paroles de Jean Fauque, l'ex-pa­ro­lier d'Alain Ba­shung. Oli Le Baron et Joseph d'Anvers seront les deux auteurs compositeurs aux manettes de ces derniers albums.

Victime d’une mauvaise chute en 2014, il avait dû renoncer à la scène au moment de la sortie de Rivers. Il rejoint en 2018 la troupe Âge tendre et tête de bois et profite de cette expérience sur de grandes scènes françaises pour retrouver son public dans de petites salles, notamment à Nice, là où tout a commencé avec les Chats sauvages, 57 ans auparavant.

Dick Rivers est décédé le mercredi 24 avril 2019 des suites de maladie, le jour de ses 74 ans.