Olivier Cussac compositeur de musique pour l'image

Olivier Cussac

Au printemps 2017, le grand public découvrait le nom d'Olivier Cussac inscrit au générique des As de la jungle, dont il a composé la musique. Un an plus tard le film de David Aleaux sorti des studios toulousains TAT production flirte avec les trois millions d'entrées au box-office, et Olivier Cussac vient de conquérir sa place dans le gotha des compositeurs français de musique de film. Le 22 juin, au siège de la Sacem (société des auteurs-compositeurs et éditeurs de musique), il a reçu le prix du jeune espoir de l'UCMF (Union des compositeurs de musique de films) pour sa partition des As de la jungle. À l'instar de ces musiques de films que tout le monde fredonne en ignorant le nom de l'auteur pour plagier Charles Trenet, l'UCMF est une institution discrète née en 2002 pour assurer la promotion et la défense de la création et du travail des compositeurs de musique pour l'image. Elle rassemble aussi bien des personnalités aussi célèbres que Vladimir Kosma, Jean Claude Petit ou Francis Lay que la jeune génération des Mathieu Lamboley, David Reyes et désormais Olivier Cussac.

Dans la foulée le propriétaire du studio toulousain Condorcet a été promu sociétaire définitif de la Sacem, un titre accordé aux artistes dont les œuvres sont les plus diffusées. Averti une quinzaine de jours avant la remise du prix qu'il faisait partie des quatre musiciens nominés par le jury de l'UCMF, Olivier Cussac apprécie à sa juste mesure cette reconnaissance par la profession qui donne encore une plus grande valeur à ce prix.

Propulsé sur le devant de la scène par les As de la Jungle, Olivier Cussac n'est pas un novice dans le métier de très discret des compositeurs de musiques de films. Depuis 2000 il compte des dizaines de bandes originales et de musiques de pubs à son actif. Il vient d'ailleurs de terminer la musique de Ni Dieux ni Maîtres, le dernier film qu'Éric Cherrière a tourné dans le Lot.

Mais ça grande affaire du moment c'est Terra Willy, le dernier long-métrage d'animation de TAT Production avec qui il collabore depuis près de 20 ans. Depuis deux mois, il va et vient de son piano à l'ordinateur pour raconter en musique l'histoire de Willy un petit garçon perdu sur une planète inconnue. Sur l'écran de son PC les partitions de plusieurs dizaines d'instrument s'alignent dans une rigueur mathématique. Chef d'un orchestre pour le moment virtuel il peut passer une journée sur quarante secondes de musique s'il y a une grosse densité orchestrale.

Fin octobre, comme pour les As de la Jungle, les quatre-vingts musiciens de l'orchestre symphonique de Budapest poseront la couleur de leurs instruments sur quarante-cinq minutes de maquette tirées au cordeau. Le dernier quart d'heure sera funky et enregistré dans le mythique studio Condorcet par des musiciens toulousains. En tout une heure de musique pour une heure trente d'images fabriquées dans les studios de la rue Riquet par les 150 infographistes de TAT production. Le 14 août 2019 Willy et son monde fantastique sortiront sur les écrans. Mais d'ici la, Olivier Cussac et ses complices de TAT pensent déjà à la prochaine saison des As de la jungle.

Un aperçu de la musique des As de la jungle.